FAQ

Comment dois-je agir face à une avalanche qui touche la route ?

Si lorsque vous circulez sur une voie, vous apercevez une avalanche, il est important de tenir compte des recommandations suivantes.

-Ne conduisez pas vers elle. Une avalanche est un phénomène très spectaculaire qui attire notre attention et la tentation de vouloir l’immortaliser avec nos caméras peut nous exposer à des risques.

-Il est fréquent qu’après une avalanche, d’autres avalanches se produisent, il est donc recommandé de rester dans la voiture.

-Avertissez depuis votre position de cette situation et de la coupure de la route.

-Si vous devez sortir de la voiture, tenez compte des conditions météorologiques et de visibilité.

– Garez votre véhicule sur le bord de la route pour faciliter l’accès des moyens de nettoyage.

 

 

Avant de voyager, que dois-je faire ?

Si vous prévoyez de voyager pendant l’hiver et à des endroits où il est possible qu’il y ait de la neige, il est important que vous preniez une série de mesures de précaution avant de vous mettre au volant.

-Informez-vous des conditions météorologiques que vous allez avoir pendant votre voyage et des alertes qui sont données sur les l’état des routes. Planifiez vos horaires en fonction de cela et retardez y compris votre voyage s’il n’est pas d’une urgence extrême.

-Assurez-vous d’avoir fait le plein d’essence. Emmenez des vêtements chauds, de la nourriture et de l’eau et votre téléphone portable avec la batterie chargée.

-Révisez les chaînes pour les roues et assurez-vous de savoir les poser. Mettez les chaînes aux endroits prévus à cet effet, sur le bord de la route. Emmenez des gants.

-Pendant la conduite, respectez la signalisation et les indications de la police et des représentants de l’administration.

-Soyez conscient de l’environnement dans lequel vous vous trouvez.

Quelles mesures sont prises pour protéger les routes des avalanches ?

Il existe un large éventail d’options qui va depuis des filets de protection et des digues en béton jusqu’au déclenchement contrôlé d’avalanches, mais ils peuvent tous s’intégrer dans un schéma simple. Quelle que soit la durée de leur intervention, qu’elles soient temporaires ou permanentes et en fonction du lieu d’intervention actives ou passives. Nous avons ainsi quatre types de mesures de défense.

Défenses temporaire passive

Ce type de mesures a pour but de réduire l’exposition de la population à un moment précis où le niveau de risque d’avalanches a augmenté. L’usage de barrières pour limiter la circulation sur un tronçon de route où se produisent les avalanches illustrerait bien cela. Elles peuvent être fermées manuellement ou bien automatiquement lorsqu’elles sont synchronisées avec un système de détection d’avalanches.

Défense temporaire active

Il s’agit d’actions directes sur les zones de départ des avalanches pour les déclencher de façon contrôlée. Cette technique requiert un suivi continu de la stabilité du manteau pour connaître les moments propices pour réaliser l’opération.

Défense permanente passive

Ce sont des éléments de protection qui agissent en mitigeant les dommages que peut produire une avalanche sur une construction ou une voie. Elles freinent ou dévient le flux de neige, évitant son incidence directe.

Défense permanente active

Ce type de mesures tente d’éviter que l’avalanche se produise. Elles sont installées dans les zones de départ des avalanches et elles servent à fixer le manteau neigeux. Nous pouvons inclure dans cette catégorie des éléments mécaniques comme des filets en acier, râteliers et vire-vent qui évitent les congères et les accumulations. Les forêts apportent également un bon élément de fixation, c’est pour cela que les programmes de repeuplement dans les zones qui sont soumises à l’activité des avalanches sont fréquents.

Le risque d’avalanches et le danger d’avalanches signifient-ils la même chose ?

Bien que dans le langage quotidien les deux mots soient utilisés indifféremment, dans la gestion des risques naturels, les experts leur attribuent une signification bien différenciée. Le danger nous indique la probabilité et l’intensité d’un phénomène déterminé. Dans le cas des avalanches, cette information est communiquée à travers les bulletins de danger d’avalanches. Le risque de votre part comprend aussi bien la dangerosité du phénomène que l’exposition des biens et leur vulnérabilité. Ces concepts peuvent être exprimés à travers la formule Risque = Danger x Exposition x Vulnérabilité. Sur une route qui passe à travers une zone touchée par des avalanches, nous pourrons agir sur les différents facteurs pour réduire le risque. Des mesures comme le déclenchement contrôlé d’avalanches et la construction de digues de protection nous permettent de réduire respectivement le risque et la vulnérabilité. On cherche ainsi à réduire le risque auquel les usagers et les véhicules sont confrontés sur la route.

Y a-t-il plusieurs types d’avalanches ?

Oui, nous pouvons distinguer les avalanches de neige humide de celles de neige sèche. Celles de neige humide présentent un plus fort contenu en eau liquide, ce qui fait qu’il s’agit d’avalanches plus lentes qui génèrent de très fortes forces d’impact. Celles de neige sèche présentent un faible contenu en eau liquide et génèrent des flux granulaires qui atteignent de grandes vitesses et dont la caractéristique la plus visible est qu’elles peuvent être accompagnées d’aérosols remarquables. Outre ce critère qui nous indique la dynamique de l’avalanche, d’autres, tels que la morphologie de la zone de départ et également les échelles pour déterminer leur taille, sont également utilisés.

Qu’est-ce qu’une avalanche de neige ?

Ce que vous devez savoir avant tout, c’est que la neige n’est pas une matière inerte, sinon que sa structure se modifie. Lorsqu’elle tombe, elle s’accumule par couches qui évoluent de façon différente en fonction des conditions météorologiques. Ces processus, dénommés métamorphisme de la neige, créent un manteau stratifié verticalement dans lequel les raccords entre les différentes parties se renforcent ou s’affaiblissent en fonction de la météorologie. Ces changements font qu’il peut y avoir une perte de cohésion qui facilite le glissement de la neige vers le bas du versant, phénomène dit avalanche.

De quelle façon la neige affecte-t-elle la route ?

Les chutes de neige affectent directement la circulation routière et les voies de communication. En plus de la neige qui s’accumule sur la voie, les jours suivants les chutes de neige, les routes peuvent être touchées par les avalanches qui viennent des versants adjacents. Dans les environs de L’Hospitalet et Mérens, ces phénomènes sont particulièrement intenses en raison de l’action du vent qui est canalisé et transporte une grande quantité de neige, provoquant des congères et accumulations.

Que faire si vous avez la malchance d’être pris dans une avalanche ?

Même si vous avez fait vos « devoirs » et que vous vous êtes informés dans les moindres détails, n’oubliez pas que la météo n’est pas une science exacte, donc en cas de déluge de neige, vous devez savoir comment agir rapidement et correctement.

Si vous êtes en train de skier, vous devez avant toute chose détacher les courroies de sécurité et tout ce qui pourrait vous blesser, comme les bâtons de ski ou votre sac à dos, à l’exception de l’équipement de sécurité.

Tout d’abord, essayez d’esquiver l’avalanche de neige par les côtés. Si vous y parvenez, restez en surface en faisant des mouvements de natation, tout en vous frayant un passage sur les côtés. Si la neige commence à vous recouvrir, nous vous recommandons de prendre une position fœtale, plaçant les bras sur votre tête pour créer une bulle d’air. N’oubliez pas de maintenir la bouche fermée, et de tenter de respirer calmement pour conserver de l’oxygène.

Lorsque l’avalanche s’est arrêtée et que vous êtes enterré sous la neige, tentez de bouger avec force pour ouvrir une sortie en surface ou faire passer de l’air. Si vous ne pouvez pas sortir, commencez à émettre des sons aigus sans utiliser trop d’oxygène. Si vous êtes parvenu à vous libérer ou bien si vous avez été témoin de l’avalanche sans que celle-ci ne vous ait atteint, secourez vos compagnons le plus vite possible, en vous assurant toujours que le déluge a cessé, et suivez les étapes suivantes :

  • Appelez les services d’urgence et indiquez votre position.
  • Localisez les victimes et tentez de chercher des signaux tels que des vêtements ou du bruit.
  • Si vous êtes équipé d’un ARVA, utilisez-le pour localiser vos compagnons au plus vite.
  • Commencez à creuser (si vous êtes deux ou plusieurs, il est recommandé de le faire à tour de rôle).
  • Lorsque la victime est visible, dégagez sa tête et vérifiez qu’elle respire.
  • Libérez sa poitrine et commencez la réanimation cardio-pulmonaire si nécessaire.
  • Ne la déplacez pas, sauf si nécessaire, pour ne pas aggraver ses fractures.

Conseils de sécurité concernant les avalanches

Évaluez les risques de répliques avant de tenter un sauvetage.

  • Évaluez constamment les conditions propices à provoquer des avalanches.
  • Les zones comportant des accumulations récentes de neige sont davantage sujettes à risques.
  • Les versants très prononcés dans des zones à l’ombre et près de rochers présentent également des risques.
  • Soyez toujours accompagné. Descendez sur les zones à risques un par un, tout en veillant aux signaux qui précèdent les avalanches.
  • Emportez avec vous une balise de sauvetage pour signaler votre position.
  • Emportez avec vous une petite pelle et une grande perche servant de sonde pour rechercher des victimes enterrées sous le manteau de neige.
  • Apprenez à utiliser l’équipement de sauvetage.
  • Entrainez-vous avec l’équipement de sauvetage.
  • Entrainez-vous chaque fois que vous le pouvez avec l’équipement.
  • Si vous êtes pris dans une avalanche, tentez de sortir de la masse de neige ou de vous tenir à un arbre.
  • Si vous êtes recouvert par l’avalanche, tentez de nager vers la surface.
  • Évaluez le risque de déluges avant de tenter un sauvetage.

Où ont eu lieu les avalanches les plus destructrices ?

Pendant la Première Guerre Mondiale, environ 50 000 soldats sont morts à cause d’avalanches, dont la plupart ont été déclenchées par les tirs d’artillerie, sur le front austro-italien dans les Alpes.

Le 31 mai 1970, un tremblement de terre de 7,6 sur l’échelle de Richter, avec un épicentre sous la mer situé à 30 km de la côte péruvienne d’Ancash, a provoqué une avalanche dans l’Huascarán enneigé qui a entraîné avec elle la ville de Yungay et a tué 18 000 personnes.

En 1999, 300 000 mètres cubes de neige ont glissé à 100 km/heure sur un versant de 30º à Montroc, dans les Alpes françaises. 12 personnes sont décédées dans les chalets à proximité.

Saviez-vous... qu’il neige beaucoup ?

On calcule que chaque hiver, tombe un quatrillion de flocons de neige, c’est-à-dire 1 000 000 000 000 000 000 000 000 flocons.